Bulle de Vie

Zaphir

Sans surprise, j'ai envie de repartir. Déjà. Et il est certain que je repartirai. Je repartirai bientôt, quand je me sentirai appelée. L'Île me manque et me manquera beaucoup mais je ne suis pas triste d'être rentrée. J'ai même l'impression d'apprécier davantage ce que j'ai maintenant que je suis apaisée après le bouleversement de mon premier voyage. Je ne peux pas être triste. Je me sens présente et calme. Ça me fait du bien. Cette Île existe et je ressens tellement de gratitude de l'avoir découverte au bon moment dans ma vie. C'est une chance d'avoir pu y retourner si vite, (...)

Slow Life

Je voulais écrire tous les jours. Je pensais aussi que je ferais des photos à tout va. J'ai cru que j'y arriverais mais je suis trop occupée à vivre, à habiter l'instant... Et je n'ai pas réellement besoin de témoin écrit ou photographié pour m'en souvenir. Je n'ai pas peur d'oublier. J'ai peur de passer à côté de quelque chose rien qu'en clignant des yeux ou en éternuant. J'ai l'impression de faire attention à chaque détail, comme si chaque seconde pouvait être la dernière ou le début de quelque chose qu'il ne faudrait manquer sous aucun prétexte. Il y a de (...)

Brave

J'y suis. Et j'y suis bien. Il fait une chaleur torride dans cet appartement alors je profite du vent chaud de la campagne au dehors. La chienne des propriétaires est allongée sur le côté et me jette des regards langoureux pour de nouvelles caresses. Mon linge sèche sur la terrasse. Les poules sont au potager. Je respire l'Île. Au volant de ma voiture de location, je me suis fait la remarque à quel point les choses s'étaient parfaitement synchronisées pour me permettre de vivre cette expérience dans de bonnes conditions. Je me sens en paix, comme si le temps n'existait pas. Ou du (...)

Nous partons tous

C'est tout de même étrange de lire et commenter un article de blog parlant de la mort du chien de l'administratrice le matin même et d'être confrontée à cette situation quelques heures plus tard... J'aimerais avoir ce genre de bande-annonce pour des évènements heureux. Le chagrin provoqué par le décès de ma chienne m'a poussé à faire des recherches sur l'organisation de mes propres obsèques. Je ne sais plus comment je me suis engagée dans cette voie un peu glauque mais j'avais besoin de savoir combien je pourrais coûter aux gens qui resteront et passeront derrière moi. Je ne (...)

Caramel

Ma deuxième chienne s'en est allée hier soir. 14 ans, mon p'tit chat. Mon frère a appelé et, dans sa voix, je savais déjà et je ne voulais pas. Il n'a rien dit quand il est venu me chercher au garage. C'est quand il a mis la clé dans la serrure et que je ne t'ai pas entendu aboyer que j'ai compris. Je n'ai pas roulé assez vite pour arriver avant que tu t'éteignes. Au fond de moi, je sais que tu attendais qu'il rentre du Sud pour partir dans ses bras, brave fille. Être son ombre une dernière fois. J'ai un énorme trou dans ma poitrine. Des larmes de sauvage par vagues. Des yeux (...)

Ne le dis à personne

Il parait que toutes les guérisons de l'âme sont précédées de phase d'inconfort pour pouvoir aller de l'avant. Je crois que je suis vraiment dans cette période. Parce que je n'ai aucune raison tangible de me sentir aussi "basse" depuis mon retour sur le continent. Tantôt je suis pleine d'optimisme, de foi et de gratitude ; tantôt je suis rongée par les doutes et les remises en question. Ces changements d'humeur sont très pénibles mais je sais que ça ne durera pas. Au fond de moi, je sais que tout ira bien. C'est juste une période de tests (pas forcément mauvais, juste (...)

Sahasrara

J'essaie de retrouver la forme, de stimuler ma santé physique et mentale. Je vais à la salle de sport presque tous les matins et je cours. Je me bats de l'intérieur jusqu'à l'épuisement. Je vois mon rythme cardiaque s'envoler. Mes genoux me font mal. Le sel de ma transpiration m'aveugle. C'est comme si je criais en silence. De loin, on dirait juste une grosse qui se dépasse. Normal. Je m'enferme quelques minutes dans la salle. Je fais du power yoga en repensant à tout ce que j'ai appris lors de ma retraite, en repensant au soleil brulant, à la lune derrière les tentures du matin et (...)

Last call

Je suis revenue. Je n'ai pas l'histoire que j'ai secrètement nourrie à raconter... J'essaie de ne pas m'en vouloir mais... à quoi bon. J'suis qu'une conne !! Je crois à mes histoires comme une enfant. Je me berce de mes propres conneries et, évidemment, je me sens blessée de ne pas voir mes idéaux se réaliser. Si on peut parler d'idéal... Fuck this shit! La seule chose qui résonne encore très fort en moi est ce départ presque manqué d'une île à l'autre. Si je ne m'étais pas levée pour vérifier, l'avion serait parti sans nous. Nos bagages auraient été débarqués. (...)

En soute

Je suis à la veille d'un départ que je crois important pour moi. Et je suis angoissée, mentalement agitée, comme si mon corps avait compris que quelque chose de plus grand que moi et d'incontrôlable est en train de se préparer. Je veux l'écrire ici car j'ai besoin de déposer ce "poids" quelque part et je n'arrive pas à me diriger vers mon journal papier. Bordeldebordel. Mais je ne renoncerai pas. Je ne renonce plus à la vie. Mon égo a peur que cela arrive (et ne pas savoir quoi faire de bien). J'ai peur que cela n'arrive pas (et ne pas savoir quoi faire de plus). Et si je me (...)

1850

J'ai pris mon courage à deux mains et j'ai déballé mes premiers rouleaux de papier peint. J'en n'avais jamais posé avant alors j'ai suivi un tutoriel sur YouTube. Et franchement, heureusement que ce genre de vidéo existe pour les novices comme moi. Que ça soit en cuisine ou en bricolage, je leur dois une partie de mes petites victoires (et sans doute des heures en moins de galère) ! Le voilà posé bien proprement sur tout un mur du salon. Je rentre et ce nouveau décor, que j'ai imaginé pendant tant d'années, rentre dans mon champ de vision. Ça me fait sourire. J'ai hâte de voir (...)

Strawberry SuperMoon

Je n'ai jamais été aussi exténuée de ma vie. Pourtant, j'ai eu mon lot d'épisodes de baisse de régime mais je crois ne jamais avoir été aussi fatiguée dans la durée. J'ai l'impression que je serais capable de m'endormir n'importe où et n'importe quand. Je suppose qu'un matin, je me réveillerai et je serai à nouveau en pleine forme. Il en va de même pour l'appétit. Je pourrais manger un éléphant que j'aurais à nouveau faim dans une heure... Tant de changements, d'amorces de nouveaux départs ! Mon père est vraiment une créature étrange et imprévisible. Après un énième (...)

Poncha

Je viens de passer une semaine avec de parfaits inconnus et je suis contente d'avoir relevé le défi. Ma batterie sociale a été mise à l'épreuve et s'est souvent retrouvée à plat (ou si près de l'être). Je me suis même demandée (surtout au début) si j'arriverais à passer la semaine... J'avais parfois l'impression d'être de nouveau dans l'ombre de mon adolescence. Cette mixture inconfortable d'incompréhension et de déphasage entre ces autres si extravertis et bruyants et mon profil calme et réservé. Et plus le cercle était grand, plus je me sentais de trop ou à la traine... (...)

En carton

Mon frère me regardait avec des yeux comme des soucoupes pendant que je lui disais : "Wow, j'aime tellement le vent !". Sa sensation provoque une sorte de bien-être quasi instantané et me remplit d'extase. J'aime le vent. Le sentir passer dans mes cheveux, en faire ce qu'il veut, me rafraichir à m'en faire frissonner alors que le soleil cogne sur ma peau. Le Sud m'a laissé un joli bronzage, comme la promesse d'un été dont je vais savourer chaque minute. Ce long week-end de retrouvailles, de balades, d'exaspération, de rires et de discussions m'a vraiment fait du bien. D'autant plus (...)

Pendant que le sol sèche

Quand je travaille et que j'ai mon week-end, je ne suis jamais heureuse de sortir prendre l'air. En général, c'est toujours dans un but bien précis et souvent pour faire une course (ou pour aller à la salle de sport quand elle était ouverte). Je ne m'éloigne jamais bien loin. Non pas à cause du confinement mais simplement par confort personnel, par habitude. Cela fait 6 ans que je vis dans cette ville et je n'étais jamais allée dans ces deux parcs situés à moins de 10 kilomètres de chez moi. Je marche pendant quelques heures. J'y vais souvent le matin, quand il fait frais et que (...)

Ce dont j'ai besoin

Ce matin, le réveil n'a pas sonné et, pour la première fois depuis des mois (voire des années), je me suis fait la remarque sans culpabiliser de ne pas me lever. M'autoriser le repos, la tranquillité. La routine va prendre du temps à se déconstruire mais je me sens déjà mieux de ne pas avoir à guetter les mouvements qui annoncent la pause café pour avoir un prétexte de sortir m'aérer... J'ai plutôt bien dormi et me suis réveillée tôt. Je suis retombée dans un demi-sommeil. J'ai fait des rêves et me suis souvenue d'anciens que j'avais oubliés (et que j'ai de nouveau (...)

Être à moi, cette fois

Je suis responsable. De mon inconstance ; de mon inconscience. Je suis responsable. De moi, d'assumer, d'essayer de faire ce qu'il faut pour arriver là où je veux être. Je suis responsable. De ces mois de silence criant de vérité ; de ma difficulté trouver les mots ; de ma quête de "Bonheur" irrationnelle ; de mes rêves intuitifs. Je suis responsable de prendre ce qu'il me reste de temps pour en réaliser un, peut-être deux. Avant de redevenir comme tout le monde et d'avoir de nouveau peur de ma vie, de celles des autres. Des autres tout court. Je n'ai jamais eu cet espace, cette (...)

A mi-chemin

J'ai commencé un nouveau travail il y a deux semaines. J'étais contente de recevoir cette offre dans le contexte actuel. Le processus de recrutement a été très rapide et je savais que ça marcherait. Je suis soulagée d'avoir eu une opportunité au milieu de l'incertitude économique. Je n'ai pas envie de m'attarder sur le fait que le poste ne m'intéresse pas plus que ça, que l'intégration est étrange. Pour une fois, je n'ai pas envie de me poser de question existentielle. Aucune envie de m'impliquer, de me dépasser. J'ai juste trouvé une façon comme une autre d'occuper mes (...)

Blacklists

Je ne suis qu'en milieu de semaine et je suis déjà rincée. Je vais juste poser ça là, et, quand il me prendra l'envie de me relire (ce qui m'arrive parfois mais je pense qu'on le fait tous un peu), je verrai peut-être les choses différemment... Qui sait, je serais peut-être même contente de me dire que je m'en suis sortie et relevée ? Pour changer un peu, j'ai eu le droit à une nouvelle visite de mon voisin. J'ai immédiatement appelé la police qui a été réactive. Il a au moins le mérite d'être inventif car il s'est trouvé un nouveau jeu. Comme d'habitude, il s'est excité (...)

Être à moi

J'ai commencé l'année avec l'émerveillement de la neige en ouvrant mes volets. Mes premiers mots de l'année ont été : "Oh la vache !" et j'ai eu envie que toute cette année soit faite de petits miracles à base de "Oh la vache !". J'ai fait quelques photos et me suis retrouvée avec une palette graphique dans les mains. J'ai passé des heures à gribouiller. Ma mère a utilisé un de mes dessins en guise de carte de voeux pour ses contacts. Depuis combien de temps n'avais-je pas perdu la notion du temps qui passe par candeur, par plaisir ? Si je n'avais pas si peur de me retrouver (...)

Chocolat-orange

Juste après avoir publié mon dernier écrit, mon voisin est revenu se défouler sur ma porte. J'ai appelé la police qui m'a très efficacement envoyé sur les roses (pour rester polie) : "Qu'est-ce qu'on peut y faire, nous ?" Je ne cautionne aucun acte de violence mais il ne faut pas s'étonner que certaines personnes en viennent à se faire justice elles-mêmes si les personnes qui sont censées nous aider et nous protéger nous laissent dans la détresse quand on les appelle. Je n'ai pas envie de comparer ma situation à une autre. J'ai passé ma vie à me comparer aux autres et à (...)

Pour plus de lecture, consulter les archives : août 2020, septembre 2020, octobre 2020, novembre 2020, décembre 2020, janvier 2021, avril 2021, mai 2021, juin 2021, juillet 2021, août 2021, septembre 2021.